available languages: englishFrançais janvier 1, 2007

Les élections parlementaires et locales prévues en mai 2007 constitueront un test important pour l’Algérie qui peine toujours à sortir de la période noire des années 1990. Depuis la restauration du processus électoral en 1995, les élections en Algérie ont eu lieu dans un climat tendu, entaché de suspicion et caractérisé par les boycotts successifs de plusieurs partis d’opposition. Elles ont, par ailleurs, été marquées par une baisse importante de la participation.

Bien que la législation électorale puisse, dans une large mesure, constituer une base raisonnable pour la tenue d’élections,
le cadre existant requiert des améliorations substantielles afin d’accroître la transparence de la procédure et la confiance envers l’ad ministration électorale.
En outre, il est également essentiel que soit garanti le plein exercice des libertés civiles et politiques afin qu le contexte
dans lequel ces élections sont organisées soit plus propice à une compétition ouverte.